Bodrum l’antique Halicarnasse est en mer Egée

Bodrum Turkey

Entrée dans le monde du tourisme par la porte du yachting, baignée par les eaux calmes et transparentes de la mer Égée, point de départ incontournable du voyage bleu,  cette croisière mythique à bord des fameux caïques traditionnels, ces goulets en bois verni construits sur place dans la pure tradition des pêcheurs d’éponge,  l’un des points fort de Bodrum est sans nul doute sa capacité à gérer la mer et ses ressources très particulières.

Ici, depuis quarante ans les pêcheurs d’éponges ont pris les commandes de ces bateaux magnifiques, et conduisent les touristes entre criques sauvages et îles désertes, à la découvertes de golfs paradisiaques, de villages authentiques, de sites archéologiques vierges,  pour alterner au fil des côtes grecques et turques, vacances conventionnelles et activités sportives et de détentes rimant avec Bodrum et émotion.

BODRUM EMOTION

Emotion des senteurs, retrouvaille avec les parfums provinciaux oubliés et souvent disparus de la méditerranée occidentale

Emotion des papilles avec une gastronomie raffinée, une synthèse des cuisines d’Asie centrale, du moyen orient et du bassin méditerranéen. Un choix étonnant de restaurants de toutes capacités, confortables, chics, typiques, situés en ville, en bord de mer, sur des pontons, au gré des criques et des villages authentiques.

Emotion des rencontres, car ces atouts exceptionnels, beauté des paysages, charme des quartiers typiques fleuris de bougainvilliers, l’ombre des palmiers et des oliviers ne suffiraient à faire de Bodrum ce qu’elle est sans sa matière principale: ses habitants

BODRUM FESTIVE

Traditionnellement pêcheurs d’éponges, les Bodrumois, sont un patchwork constitué de peuples d’Asie Centrale, de Turcs d’origine crétoise, et d’intellectuels istanbouliottes arrivés là sous l’influence du courant hippie des années soixante. Ils ont donné à cette péninsule  une atmosphère unique  que l’on ne retrouve que dans quelques rares endroits au monde.

Baptisée le Saint Tropez turc, l’ancienne Halicarnasse  est beaucoup plus que cela ! un peu d’Ibiza, un doigt de Formentera, une pincée de Monte Carlo, un souffle de Goa, et une forte dose de  Turquie font de Bodrum  un lieu magique auquel personne ne peut être insensible

A Bodrum, la vraie vie commence au coucher du soleil… La réputation des bars de la ville, s’est faite dès les années soixante  grâce au bouche à oreille des navigateurs et aux stars du show biz qui furent ses premiers visiteurs occidentaux.  Ahmet Ertegun, le président fondateur du label Atlantic ne s’était pas trompé sur l’avenir fulgurant qui attendait cette cité d’Asie Mineure, typiquement méditerranéenne, en s’y installant  au début des années rock’n roll…

La réputation des bars de la ville est internationale et on vient du monde entier boire le Raki local ou le gin tonic façon Bodrum avec sa rondelle de mandarine verte…  au Veli bar ou à Hadigari, les deux plus célèbres parmi des centaines de bars branchés.

A Bodrum,  plus on s’enfonce dans la nuit, plus on est attiré par les rythmes qui montent en puissance. Derniers tubes anglos saxons, trésors musicaux des fifties se mélangent au latino et aux rythmes orientaux.

BODRUM AUTHENTIQUE

Pendant ce temps là dans les villages de la péninsule, la nuit fait aussi son chemin…

à Gümusluk, on dîne sur la plage, les pieds dans l’eau au son du clapotis de la mer argentée et des fourchettes qui claquent sur les assiettes de poisson grillé

A Gümbet, la bière coule à flots dans les bars irlandais et les tavernes turques. On y assiste en direct sur des écrans géants aux matchs de foot du monde entier avec en arrière plan l’Ile de Cos qui scintille de toutes ses lumières.

A Turkbükü, dans ce nouvel Ibiza, la fête est sur les pontons, dans les restaurants tendances, dans les clubs très branchés ou les villas privées. Les Rolls et les Harley Davidson ne sont au parking que jusqu’à l’aube.

A Yalikavak, on peut choisir de partager sa soirée entre les tavernes typiques sur le port et les restaurants chics et tendance de la nouvelle Marina.

Patrie d’Hérodote, inventeur de l’Histoire, du roi Mausole dont le monument funéraire, le mausolée d’Halikarnasse était l’une des sept merveilles du monde, royaume de la reine Artemisia I et de la princesse Ada, Bodrum, révélée au monde contemporain par l’écrivain turc Cevat Sakir dans les années soixante, n’a pas fini de captiver le monde.

Vous souhaitez plus d’informations sur Bodrum ? Trouver un petit hôtel convivial dans l’un des villages de la péninsule ? Faire une croisière en caïque ? Interrogez nous,
en cliquent ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *